ACCUEIL - INFOS PRATIQUES - HISTOIRE - A VOIR ET A FAIRE - LES MOAIS - FESTIVAL TAPATI - TOURISME - PHOTOS - CONTACT -
Moais

TOURISME ILE DE PÂQUES

Depuis le premier vol commercial depuis Santiago en 1967, le tourisme s'est rapidement développé, avec aujourd'hui plus de 70 000 visiteurs par an , attirés par les plages, les paysages volcaniques et, bien sûr, les moaï, ces mystérieuses statues géantes en basalte.!

Comment y aller :

L'île est desservie par la compagnie LAN CHILE, qui détient le monopole et qui offre un vol quotidien depuis / vers Santiago du Chili (3759km/5h00) et un vol hebdomadaire depuis / vers Papeete, Tahiti (6 h). En l'absence de concurents, les vols ne sont pas économique. Comptez entre 500€ et 1000€ pour un aller/retour Santiago / Hanga Roa.

L'aéroport Mataveri (AITA : IPC) (OACI : SCIP) est situé au sud-ouest de l'île. Depuis l'aéroport, il faut compter 15 minutes de marche pour vous rendre au centre de Hanga Roa, l'unique village de l'île.

Si vous souhaitez relier Papeete, Il n'y a qu'un seul vol par semaine le mercredi, avec une escale d'environ heure sur l'île.

Par bateau, la compagnie TallShip Solen Larsen, propose des itinéraires faisant escale à l'Ile de Pâques.

Limiter le tourisme :

L'île de Pâques a été régulièrement secouée ces dernieres années par des manifestations. La population indigène de Rapa Nui estime que l'Etat chilien fait la sourde oreille a leur demande de limiter les entrées touristiques mais aussi migratoires.

En août 2009, des manifestants ont bloqué pendant quarante-huit heures la piste de l'aéroport de Mataveri, pour dénoncer les excès touristiques et migratoires. Ils réclament des limites à la durée de séjour des touristes. Pour certains membres de la population locale, qui compte à peine 5 000 habitants, le flux touristique met en péril le fragile écosystème de l'île et son patrimoine. Et il contribue d'autre part à la hausse de la délinquance. "Selon un rapport remis au gouvernement chilien, l'île de Pâques ne peut accueillir que 10 000 touristes par an", rappelle le quotidien argentin La Nación. Réunis au sein d'un mouvement baptisé Parlement Rapa Nui, les manifestants demandent également aux autorités chiliennes d'instaurer un système de contrôle migratoire de manière à mieux encadrer l'installation des continentaux ou des étrangers sur l'île.

En décembre 2010, le Chili a envoyé, à deux reprises, la police militaire pour déloger brutalement des manifestants qui occupaient un bâtiment public devant être transformé en hôtel de luxe par des investisseurs chiliens et américains. Les forces de l'ordre avaient également fait évacuer la place principale de Hanga Roa, la seule ville de l'île. L'opération s'était soldée par des dizaines de blessés et de nombreuses arrestations.

"Nous ne rejetons pas le tourisme qui représente 80 % de notre économie", précise Luz Zasso Poa, maire de Hanga Roa. Fière d'appartenir à l'un des principaux clans rapa nui, elle s'oppose "au tourisme de masse qui met en péril le fragile écosystème" de l'île inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco.

 

 

 
 

accueil | contact | Liens

Copyright © 2017 voyage-ile-de-paques.com - Tous droits réservés